Yogini ou Fashion victim?

Yogini ou Fashion victim?

Classé dans : Lifestyle, Yoga | 0

Être coquette et yogini?

Lors de la lecture d’un article* qui parlait de yoga, fréquentation des studios et engagement, un prof (mâle) interrogé affirmait que les élèves qui avaient une jolie manucure et une tenue de yoga trendy ne restaient pas longtemps…

*(J’ai fait cette lecture il y a un moment et je n’ai pas eu la présence d’esprit de noter la source, je m’en excuse)

Idée reçue?

 

La vraie yogini serait une fille nature, qui ne s’intéresse pas à son aspect extérieur?

Je ne suis pas du tout d’accord avec ça.

Je ne comprends pas ceux qui s’imaginent le stéréotype du pratiquant de yoga hippy, avec des dreadlocks et accessoirement sale.

Je ne suis pas un Sadhus enduit de cendres sur tout le corps et ayant les cheveux jusqu’aux pieds comme seule parure pour honorer Shiva, vivant reclus et certainement très peu soucieux de lson aspect extérieur.

Ces hommes honorables ont fait un choix de vie. J’incarnes un autre choix.

Si nous vivons dans une société qui à travers le marketing véhicule certains clichés de la yogini, en générale des filles jeunes, minces, blondes, très souples et bien habillée, la réalité se situe plutôt dans la variété.

Chacune choisit son style, mais selon ses goûts, sa personnalité, son moi incarné.

Depuis que le yoga est arrivé en Occident, une grande majorité de femmes le pratiquent. Si la pratique est tournée vers l’intérieur nous

sommes des femmes avant tout!

Moi j’aime m’occuper de moi: j aime mettre des bijoux, me maquiller, je l’assume comme quelque chose qui fait partie de moi.

 

 anjali mudra

J’honore la divinité qui est en moi.

Je cultive le visible et l’invisible.

Bien entendu en tant que pratiquant mais aussi en tant que professeur j’ai le devoir de donner l’exemple à mes élèves.

Etre et ne pas paraître. Ne pas tomber dans l’apparence sans cultiver sa lumière intérieure, au risque de devenir un guru qui empoisonne son entourage.

Je sens qu’il est important d’ agir sans perdre de vue des préceptes ( Niyamas = Observances ou règles de vie par rapport à soi-même).

Les plus appropriés dans ce cas sont à mon avis :

  • Saucha ( pureté )
  • Santosha ( contentement )
  • Svadhyaya ( étude de sa vraie nature et études des textes )

Pour les appliquer dans sa vie quotidienne et se sentir en harmonie et alignée avec soi-même et avec son aspect intérieur/extérieur.

Il est donc important  selon moi de prendre soin de soi, pour prendre soin des autres et également être sensible à la beauté qui nous entoure sous toutes ses formes.

La beauté, aussi éphémère qu’elle soit, fait partie de notre vie et il me semble important de lui laisser la place qui lui convient. Elle nous inspire, nous offre des moments de poésie, de magie …

 

J’avoue que  je me suis donc sentie visée par la réflexion faite par ce professeur, dans cet article.

Car s’il est vrai que la pratique est plus intérieure que extérieure, et que les apparences comptent peu sur le chemin de la spiritualité, j’ai envie d’invoquer les déesses à mon secours telle que Laksmi ou Sarasvati.

Déesse lakshmi

Ces déesses incarnent la féminité et plus encore. Elles inspirent les poètes et les artistes, elles apportent la force et le courage. Elles désignent les vertus spirituelles.

Pour ma part je peux dire qu’il est important d’être femme, yogini et de ne pas se laisser mettre une étiquette!

Peut-on avoir une jolie manucure et pratiquer le yoga de façon sérieuse?

Pour moi la réponse est oui!

 

 

Jenny
Suivre Jenny:

Professeur de Yoga

Jenny
Articles récents de

Laissez un commentaire